603 rue Jules Ferry 62110 HENIN BEAUMONT HENIN BEAUMONT
Tél : 06 73 72 75 71
Actualités Technique agro-écologique Survivre à l' Anthropocène
Technique agro-écologique
Survivre à l' Anthropocène 26/09/2020 à 21:58

Survivre à l' Anthropocène .

Penser l' "Anthropocène" , c'est entendre et comprendre les nombreuses données scientifiques ainsi que les "modèles" parfois mathématiques générés par la puissance informatique disponible, du "Système Terre" qui nous annoncent à tous, de façon de plus en plus certaine, un dérèglement à l'échelle des temps géologiques , qui bouleversera de manière définitive les conditions de l'existence de l'Homme sur la Terre .

C'est prendre conscience et prendre la mesure de la force tellurique (terre) de l'industrialisation et de la marchandisation , qui a fait dérailler la Terre bien au delà de ses paramètres stables de son " Holocène" ( période de stabilité d'environ 12 000 ans précédant l'ère industrielle ) , et la nécessité de donner
des fondements matériels différents à notre liberté .

C'est aussi se mobiliser concrètement et journellement à de nouvelles "humanités" environnementales et de nouvelles radicalités politiques ,pour sortir rapidement des impasses de la "modernité" industrialisée qui nous instrumentalise et annihile notre instinct de survie en pratiquant sur nous tous une anesthésie générale de nos champs de conscience ...

Penser l’Anthropocène c'est aussi se méfier du récit unificateur et de la "rédemption" promise par la Science et la techno structure qui envahissent nos esprits et nos vies et nous endorment de leurs fausses promesses, ainsi que des discours politiques qui cherchent à établir un équilibre impossible à trouver, entre dilapidation continue des ressources collectives et "écologisme frileux et consensuel " au service de cette "novlangue" imposée par les technocraties productivistes, dont l'Europe Maastrichienne, cette dictature qui ne dit pas son nom est le fer de lance .

Penser l'Anthropocène , c'est intégrer la science dans un effort soutenu de renouvellement total de paradigme en discutant pied à pied de chacun de leurs résultats et de chacune de leurs préconisations, plutôt que de sombrer dans une "géocratie" de solutions (?) techniques et marchandes pour "gérer"
ce qui peut encore l'être de notre terre .

Penser l'Anthropocène, c'est abandonner l'espoir (vain) de sortir de la criseenvironnementale qui ne serait un passage .La rupture irréversible avec la Nature est derrière nous, elle est dans ce changement bref et exceptionnel de deux siècles seulement, au cours desquels la croissance industrielle a scellé notre avenir !

L' Anthropocène est là , elle est notre condition actuelle et il nous faut apprendre à y survivre ou non ?!

C'est à dire laisser la terre dans un état un tant soit peu habitable à des échéances très courtes ( 20 à 30 ans ?) en devenant "résiliant" , en limitantla fréquence future des catastrophes auxquelles nous serons confrontés de toute façon, car , nous l'avons vu, la juxtaposition des crises financières et
environnementales seront à l'origine de l'effondrement de notre civilisationaveugle et sourde, quoi que nous fassions .

Comme le souligne Yves Cochet ( ancien écologiste) , pour cette Humanité post effondrement, surement réduite à quelques centaines de millions d’individus tout au plus, la question sera de réussir à vivre dans les décombres dans la diversité des cultures et d'égalité des droits et des conditions , dans les liens qui libèrent les altérités humaines et non humaines , dans l'infini des aspirations , la sobriété des consommations et l'humilité des interventions
au sein d'une nature en pleine régénération .

Le "moment contemporain" n'est pas celui d'une prise de conscience , ni celui du " sursaut moral" qui conduirait vers un Humanité meilleure et/ou en réconciliation avec "Gaia" ( Terre) .

Nous ne sommes pas soudainement sortis d'un état d'inconscience collectiveà un état de conscience .
Nous ne sommes pas récemment sortis de la frénésie moderniste de la surconsommation pour entrer subitement dans une "ère" de la précaution etde frugalité !

L'Histoire (brève) de l'Anthropocène est plutôt celle de la désinhibition générale qui normalise l’insoutenable de ses pillages et de ses déprédations qui nous ont conduit au seuil d'irréversibilité actuel !

En envisageant l'Anthropocène comme un événement géo historique, nous avons intégré pour quelques uns, la petitesse des processus de désinhibition qui nous rappelle que la "modernité" n'est pas ce mouvement "majestueux" ,
"inexorable " et "spirituel" dont nous parlent les Philosophes .

On peut au contraire le penser comme une suite de "coups de force" et desituations imposées , d'exceptions normalisées .

Plutôt que d'incriminer des "monstres sacrés" avec ses posture judéo-chrétiennes de domination et de castration de la nature ( dont nous sommes !), la "modernité", aveugle, séparatrice et dominatrice, exerce en elle même une pression si grande sur l'Homme contemporain qu'elle ne permet plus la moindre réflexion objective et le moindre exercice du discernement, notre Liberté d'exister et de se guider en dehors des contingences matérielles qui nous submergent, est comme morte ...
Souhaitons qu'elle ne soit que profondément "endormie " ?!

Renoncer au récit "officiel" d'un "éveil" permet un dialogue plus lucide, plus fructueux, plus fécond avec les "porteurs d'alerte " du système Terre" .

Cette attitude invite à des alliances plutôt qu'à des "rédemptions" hypothétiques.

Nous avons aussi en mémoire, des histoires de l'Anthropocène qui invitent à
penser en termes politiques les métabolismes d'énergie et de matière commandés par des dispositifs de production , d'échanges et de consommation , qui ont été inventés et imposés à des groupes , des imaginaires , des institutions bien particuliers et dans des circonstances spécifiques .

Ces "histoires" nous invitent à reprendre en main socio-politiquement , les institutions , les oligarchies dominantes, les systèmes symboliques et matérielspuissants qui nous ont fait basculer dans l’Anthropocène pour leur unique profit.

Les appareils militaires, le système induit de "désir consumériste" et l'ensemble de nos infrastructures, les écarts de revenus et de richesses avec la création de fossés sociaux infranchissables ( inégalités), les "majors" énergétiques qui spéculent sur les ressources fossiles en détruisant l'habitat terrestre et la vie sociale, les intérêts financiers et la mondialisation , facteurs de déstructuration
des relations Humaines qui reposent désormais sur la valeur marchande, les produits de la techno structure avec leurs cohortes d'appareils techno-scientifiques, lorsqu'ils travaillent dans des logiques marchandes ou qu'ils font taire la critique et/ou l'apparition d'orientations alternatives .

"Vivre" l'Anthropocène c'est donc de libérer d'institutions répressives , de domination et d'imaginaires aliénants, à ces conditions et malgré l’imminence d'un changement radical de paradigme dans nos vies , cela peut être une source extraordinaire d'émancipation pour l'espèce Humaine .


Nous vous souhaitons une semaine pleine de constructions nouvelles
dédiées à une "ère" nouvelle qui arrive ...

Pour Jiaasso,
E.V

A lire aussi

Participation aux travaux du jour en famille et dans la joie ,...
Survivre à l' Anthropocène
27/10/2019 à 21:58
Survivre à l' Anthropocène . Penser l'...
Contactez-nous

Les Jardins d'Insertion de l'Artois

603 rue Jules Ferry
62110 HENIN BEAUMONT
Tél : 06 73 72 75 71

Contactez-nous

Suivez-nous:
Plan d'accès