603 rue Jules Ferry 62110 HENIN BEAUMONT HENIN BEAUMONT
Philosophie

Le texte qui va suivre s'inspire des différents ouvrages écrits par Pablo Servigne, Raphael Stevenset Gauthier Chapelle , tous trois scientifiques et chercheurs ( 6 ouvrages à ce jour) .

La situation dans laquelle se trouve l'ensemble de la Biosphère terrestre n'est plus à expliciter ni à démontrer, elle se trouve là devant nous, nous en sommes les spectateurs et les acteurs d'avant plan .

C G Youg, le psychanalyste nous écrit :

" Aucun arbre ne peut pousser jusqu'au paradis, sans que ses racines n’atteignent l'enfer" .

Cette "belle" métaphore nous indique qu'il ne peut y avoir de jouissance illimitée, à l'image de cette gigantesque orgie à laquelle nous avons été convié depuis un demi siècle au moins, sans que le prix à payer en retour ( et ce moment est maintenant venu !) soit exorbitant en termes de vies humaines
et de survie de la bio sphère terrestre toute entière ...

"Collapsosophie" .

Ne cherchez par dans vos dictionnaires, vous ne trouverez pas ce mot !

Quand il s'agit de notre compréhension de la crise mondiale qui se traduit par des faits que l'énumérationsommaire de notre préambule effleure à peine, chacun de nous semble s'insérer dans un continuum deprise de conscience qui parcourt au moins ces cinq étapes :

1) la personne ne semble pas percevoir de problème fondamental en dehors d'une sensation de"pas assez de ce qu'il y a déjà" comme, pas assez de croissance, pas assez d'emploi, de salaire, de développement, ...
2 La personne prend ensuite "conscience" d'un problème parmi un certain nombre de thèmes rabâchés comme le climat ou la surpopulation ou le pic pétrolier ou la pollution générale ou la disparition de la biodiversité ou encore la crise financière ou la crise du capitalisme ou des inégalités, l'instabilité géopolitique,les migrations économiques et climatiques, ...
3) A cette étape, la prise de conscience devient multiple sur les problèmes majeurs et les personnestentent de hiérarchiser leurs luttes et à convaincre les autres des priorités à donner .
4) La personne prend réellement conscience de l'interdépendance de tous ces problèmes qui affectentle devenir du monde vivant . Cet ensemble apparaît alors systémique c'est à dire insoluble par quelques individus et toute solution "miraculeuse" semble vaine et inaccessible à la "politique" telle qu'elle est faite.
Ceux qui arrivent à ce stade se retirent alors dans des "cercles restreints" de personnes aux vues et analyses similaires pour échanger ces idées et approfondir leur "compréhension " de ce qui se déroule .
5) La personne change de point de vue et évolue encore dans sa compréhension globale, car il ne s'agit plus d'un "problème" qui appelle des "solutions" ( ?) mais bien d'une situation générale inextricable et qui ne pourra plus être résolue, problème irréversible comme peut l'être la mort ou une maladie incurable .

Cette situation invite à emprunter des "chemins de traverse" pour apprendre à vivre avec, du mieux possible .On réalise que cette situation englobe tous les aspects de la vie et qu'elle nous transformera profondément,nous et l'ensemble des composantes environnementales .

A ce stade, la dépression guette et risque de nous couper de notre entourage affectif et la vue d'un
"système-monde " inerte et sans réaction à ce danger imminent, tandis que tous les fondements s'écroulent un à un, nous plonge dans un profond désarroi .

Alors deux manières de faire s'offrent à nous :

1) on peut s'engager dans une voie "extérieure" comme la politique, les villes en transition, l'organisation de communautés , la construction de bunkers, ...
2) On peut emprunter une voie plus "spirituelle" sans pour autant adhérer à une religion quelconque .

La "collapsologie" est justement l'analyse et la synthèse pluridisciplinaire de l'ensemble des travaux menéssur cette situation inextricable globale et qui répond à une autre logique :

" ne pas se moquer, ne pas se lamenter, ne pas détester, mais comprendre et envisager des changements fondamentaux en soi " (Spinoza ).

Pour grandir et devenir des femmes et des hommes accomplis, nous devons regarder la mort en face ou
comme l'a exprimé un poète oriental " mourir avant de mourir" .

Cela signifie que nous devons apprendre à mourir non pas comme individus , cela arrivera bien assez tôt,mais en tant que civilisation et en faire le deuil .

Les bouddhistes appellent aussi cela " la voie du non attachement" ou " la voie du détachement" ( maître dirhavamsa ).

Concernant la dévastation à laquelle nous sommes arrivés en quelques décennies seulement et par exemple,la quantité "acceptable" d'émissions de gaz à effet de serre que nous allons émettre d'ici 2050, qui devraitfaire cette quantification ?

Les climatologues, les spécialistes des risques majeurs, les assureurs, les ONG, les politiques, les chefs d'Etats,les entreprises pétrolières , les populations elles mêmes dont les territoires seront bientôt engloutis ou désertifiés ?

Quel rôle devrait jouer la science et l’institution scientifique dans le prise de décision qui n'est jamais venue et qui s'est contentée d'alerter sans actions concrètes ?

Si nous attendons de tout connaitre de la situation alarmante actuelle et future, et si nous attendons des prises de décisions d'où qu'elles viennent avant d'agir, nous serons condamnés à assister impuissants au déroulement de l’Anthropocène depuis les fenêtres de nos paisibles laboratoires et du fond des palais présidentiels .

L'intuition est assez troublante pour une société habituée à prendre des décisions sur la base de connaissances rationnelles , quantifiées, objectives et dénuées d'affect .

Agir avant de comprendre, est ce une démarche scientifique ?

Le philosophe Bergson qui a beaucoup écrit sur la différence entre les deux modes cognitifs que sont la raison et l'intuition nous explique que le premier utilise des concepts et des analyses , ce qui fragmente les objets etarticule la réalité de façon statique, rassurante, alors que la seconde appréhende les phénomènes de manière plus globale et dynamique , ce qui donne à ces vastes "objets" un caractère beaucoup plus puissant et difficile à accepter et à comprendre pour les esprits fragiles et chancelants ... le monde intuitif effraie les "rationnels" et lemonde "rationnel" désempare les intuitifs !

Que ferons nous de l'immense désordre que laissent la "modernité" et le capitalisme ?
Rationnellement, on ne veut pas savoir, intuitivement on s’attend au chaos et un sentiment de panique s'empare de nous !

Comment se "relever" d'un arrêt plus ou moins brutal des structures artificielles du monde , c'est à dire de l'effondrement, même partiel mais signifiant , d'un système de représentation du monde et tout ce qui va avec ?

Comment vivre dans les vestiges du capitalisme ?

L'anthropologue Ana Tsing compare la situation à celle d'un champignon aromatique prisé par les japonais .
Il a la particularité de croître dans des sols forestiers dévastés par l'exploitation à outrance .
En suivant les communautés de cueilleurs asiatiques ou aux Etats Unis et qui survivent grâce à la vente de ces champignons, elle décrit comment le capitalisme continue à se déployer sur ses propres ruines, jusqu'à sa chute totale et définitive ...

Nous sommes en état de guerre !

Dans le Nord cet été, une offensive dévastatrice est en cours !
Les forces ennemies ont saisi d'énormes quantités de territoire, chaque semaine, 35 000 km 2 supplémentaires de glace arctique ont disparu, soit en un seul été plus de 400 000 km 2, presque la surface de la France en 12 semaines !
Nous avons même connu des températures positives, chose qui n'est jamais arrivé depuis le départ de l’anthropocène !
(Humanité en "développement" ).

La troisième guerre mondiale est en cours, nous en sommes déjà là !
Pendant ce temps qui s'écoule vers notre disparition, nous comptons nos "avoirs" , faisons des enfantset nous nous projetons dans cet avenir commun tête la première, comme si notre civilisation était immortelle ?!

Joanna Macy, ( encore une femme lucide ! ) nous explique qu'actuellement trois "récits" ultimes sont en train de
se disputer .

1) celui du " Business as usual" , selon lequel les innovations de la techno science devraient apporter (?) des solutions aux problèmes que nos connaissons ...
2) Celui du "grand naufrage collectif" qui conduirait à une quasi extinction de notre espèce et d'une bonne partie des autres espèces vivantes, c'est l'archétype d'un effondrement apocalyptique .
3) Celui du " changement radical de cap " qui permettrait de nous réorienter collectivement vers une société qui soutienne enfin la vie sous toutes ses formes avec une priorité donnée à l'être plutôt qu'à l'avoir comme c'est le cas aujourd'hui avec la surconsommation qui nous caractérise .

Macy, nous invite à "penser" l'époque que nous vivons, comme le début d'une véritable "révolution" de la penséedans un cadre stimulant d'entraide, de partage et de valorisation des compétences de chacun dans des perspectives collectives et non plus simplement égoïstes ...

Guy Reid, le réalisateur, nous montre qu'un sentiment d'extase spirituelle s'empare de celui qui "sait"contempler les beautés visibles et cachées de l'Univers !

Romain Roland, notre prix Nobel de littérature, appelle " sentiment océanique" , ce sentiment profond d'unitéavec l'Univers , ce sentiment en fusion avec le "grand tout" , de connexion avec quelque chose qui nous dépasse et qui nous permet de nous dépasser à notre tour émotionnellement, moralement, spirituellement, physiquement ...
Ce sentiment profond, éminemment transcendant, fait alors de nous des êtres à mi chemin entre "condition humaine" post animale et êtres transcendants spirituels que les "maçons" et d'autres "groupes spirituels" symbolisent par la "coupe d'amertume" qu'il nous faut boire, et qui devient alors, le véritable point de départ de notre transformation intérieure ( initiation).

Pour espérer parvenir à cette "transformation" sur sur tous les plans de notre existence, il nous faut apprendrela bienveillance et la tolérance, le respect envers tous nos semblables , c'est le minimum ...

Pourtant à une époque assez récente, de "grands" philosophes appartenant à de merveilleux mouvements depensée "spiritualistes" , n'hésitaient pas à proférer des monstruosités , notamment à l'égard de la nature et des femmes, comme nous le raconte la Philosophe et historienne des sciences, écoféministe, Carolyn Merchant .

Bacon, ( dont j'admire par ailleurs la pensée philosophique globale) utilisait couramment le vocabulaire de la violence, de la contrainte et même de la torture pour arriver à ses 'fins" .
Voici quelques unes de ses paroles ineptes, imbéciles :

" Les secrets de la nature se révèlent plutôt par la contrainte des expériences que lorsqu'ils suivent leur cours "normal" ( L'enseignement de la médecine a longtemps répondu à cette "méthode" primitive ...)
" Pour lui arracher la "vérité", on peut violer la nature , comme on violente une femme "
ou encore ," la nature est une femme publique, nous devons la mater pénétrer ses secrets et l’enchaîner selon nos désirs"

Sous le plume de bacon, c'est l'ensemble des préjugés d'une époque apparemment révolue, pas si sur,
qui s'apparente à un interrogatoire de sorcière qui se révèle : "il faut la forcer pour qu'elle (la nature ou la femme) nous livre ses "secrets" .

Ce n'est surement pas de cette manière que nous allons mettre en oeuvre " le changement radical de cap" proposé par ( une femme ) , Joanna Macy ?!

Faire revivre le sauvage qui est en nous n'est pas exacerber la brutalité qui est en nous, c'est autre chose !

Y a t il encore un monde sauvage ?

Le rouleau compresseur de la "civilisation" n'a t il pas déjà tout grignoté et tout ravagé ?

Au cours des siècles de domestication du monde sauvage, plantes, animaux, micro organismes, paysages, cultures éparses, ont été mis au pas !
Et ce refoulement psychologique a produit bien des horreurs un peu partout

Ils ont été cadrés, enfermés, mesurés, séquencés, processés, tout comme notre psyché , considérablement appauvrie et domestiquée jusqu'à l’annihilation de notre libre arbitre authentique et de notre spiritualité pourtant innée .

La domestication est devenue une branche essentielle de l'agronome "moderne", elle est devenue l’expression dominante de notre monde et il est heureux, pour en revenir aux femmes, de voir que celles ci aient fourni un immense effort, encore très incomplet, de leur relative libération ! Notons ici que ce travail de libération fut souvent exemplaire de courage et que leurs représentantes les plus combatives furent des esprits très accomplis qui figurent au rang des espoirs que l'on peut fonder actuellement dans l'humanité, au travers de ce nouveau paradigme qui consiste à envisager un "changement radical de cap" !

Ce n'est pas par hasard que les femmes soient à la proue de la recherche scientifique dans les domaines des sciences humaines, des sciences de la nature et des sciences écologiques en général ...

Trouver un chemin intérieur pour produire un impact extérieur .

L'enjeu de notre époque est de parvenir à opérer un grand rapprochement avec le vivant et de trouver notre place sur cette terre, et rien que notre place, sans empiéter ni sur celle des autres humains ni sur les prérogatives de "Gaia" ( Terre-Nature) , notre mère à tous .

Cela peut commencer en retrouvant un langage commun avec tous les être vivants qui habitent la terre .
Puis à se remettre à les "écouter" attentivement avant même l'expression de nos opinions personnelles etsans jugement aucun sur les fondements de leurs réflexions spécifiques .

Pour disposer d'un peu d'efficience après l'épuisement des énergies fossiles, il faudra obligatoirement nous tourner avec considération vers le non Humain, donc vers les animaux, sans les considérer comme des réservoirs inépuisables de ressources comme nous l'avons fait des ressources fossiles .
Faire alliance avec le monde animal et le respecter , implique un système d'échanges où les ressources énergétiques soient partagées équitablement et où le bien être animal est valorisé à un juste niveau .

Une forme d'acceptation de ce changement de paradigme existentiel incontournable s'installe maintenant en nous.
Nous savons qu'il est déjà trop tard pour revenir à la situation antérieure au développement de la techno structure actuelle avec l'ensemble de ses conséquences environnementales, physique et biologiques majeures .

Sur le plan climatique par exemple, nous savons qu'il faudrait plus de 10 000 ans pour retrouver une situation antérieure à la révolution industrielle et que d'ores et déjà nous sommes sur une courbe de réchauffement de l'ordre de 2 à 4 ° pour les prochaines décennies, ce qui se traduira par une transformation presque totale de notre planète d'ci à 2050 .

Même si nous ne rejetions plus de gaz à effet de serre à partir de maintenant, ( ce qui ne sera pas le cas !) en tenant compte simplement des phénomènes d'inertie causés par les émissions antérieures et actuelles, en 2050, nous aurons au moins 3 ° en plus et 6 ou 7 ° en plus en moyenne sur la surface de la terre en 2100 .

Il n'y aura plus de glace aux pôles, plus de glaciers montagnards pour alimenter nos fleuves, et les déserts couvriront au moins 50 % des surfaces terrestres .
La végétation locale sera totalement transformée ou absente et beaucoup de terres cultivables auront disparu ...

Ce monde là sera alors totalement inconnu et l'adaptation sera le seul moyen pour que survive un part des populations actuelles .

Les comptes rendus de l'académie des sciences aux Etats Unis, mais aussi de nombreuses équipes de recherche dans le monde, mettent en évidence des "boucles de rétroaction" terribles qui interviendront même si ce changement total de paradigme était mis en oeuvre rapidement .
Avec la disparition du permafrost sibérien et la disparition des forêts primaires, la quantité de méthane qui sera libérée, à elle seule produira une élévation d'au moins 4 à 6 ° avant la fin du siècle .

Pourquoi laisser monter l'anxiété, elle n'est pas la solution à nos problèmes ?

Parce que , plutôt que de divaguer au milieu de vagues espoirs et croire que des solutions miracles vont arriver, il nous faut regarder en face la réalité qui attend toute l'Humanité et qui entraînera dans sa chute l'ensemble du vivant avec des conséquences terribles .

Une réponse sera telle possible ?

Nous sommes sur le point d'entrer non sans fracas, dans un nouvel age de l'Humanité !
Il nous obligera à développer une nouvelle conscience de nous mêmes , du monde qui nous entoure et d'élaborer une nouvelle relation entre les deux .

Nous sommes aujourd'hui comme une espèce adolescente qui explore ses limites dangereusement .
Et comme tout adolescent, nous pouvons aller jusqu'à mettre nos existence en danger mortel pour réaliser quelles sont lignes à ne pas trop franchir ...

Le problème actuel est que ces lignes sont franchies et qu'il nous faut maintenant "réfléchir" aux schémas auxquels nous recourrerons pour que survive une fraction de l'Humanité en ne reproduisant plus les erreurs passées ...

Nous vous remercions de votre attention,
Et vous souhaitons une semaine riche en prise de conscience pour guider vos vies ,

Pour Jiaasso,
E.V

A lire aussi

Savez vous ce qu'est une exponentielle ? C'est une fonction non...
Le Loup et le Chien
03/11/2019 à 14:33
Avant de vous proposer un texte de "la Fontaine", un fois n'est...
Le texte qui va suivre s'inspire des différents ouvrages...
Servitude volontaire
13/10/2019 à 19:44
Servitude volontaire . Après les attentats du 13...
Contactez-nous

Les Jardins d'Insertion de l'Artois

603 rue Jules Ferry
62110 HENIN BEAUMONT
Tél : 06 73 72 75 71

Contactez-nous

Suivez-nous:
Plan d'accès