603 rue Jules Ferry 62110 HENIN BEAUMONT HENIN BEAUMONT
Philosophie
Servitude volontaire 15/07/2020 à 19:44

Servitude volontaire .

Après les attentats du 13 Novembre 2015, l'ensemble des médias officiels ont imposé d'une seule voix l'idée selon laquelle la "meilleure façon " de résister auterrorisme islamique était de "continuer comme avant " .

Continuer comme avant, n'est ce pas ce que nous répètent inlassablement trump,Hollande puis macron ?

La défense d'un modèle de "mode de vie occidental" fondé sur le consumérisme absurde qui ne peut que nous mener à l'auto destruction, n'est ce pas le projetde vie que l'on tente de nous imposer alors même que ce modèle donneun peu plus chaque jour les signes alarmants de son irresponsabilité environnementale,financière et sociale ?

C'est bien de ce sujet de fond dont nous allons parlé ici .

Dans son livre, " le quai de Wigan" , Orwell écrit : " Ce qu'il y a de socialement accepté dans le fascisme se trouve déjà dans le socialisme" .

Sous cette formule il fait allusion à ces fragments d'esprit anticapitalisme que l'on trouve
dans tout fascisme, c'est ce qui lui donne une apparence socialisante à partir d'un "discours populiste" adroit ( qui plait au peuple) et qui fait sa force de persuasion dans les populations fragiles et en attente de considération et de réponses sociales concrètes aux problèmes négligés dans les faits par les tenants historiques légitimes d'un "socialisme écologiste" qui a échoué, faute de courage et de probité politiques .

Cette perversion nationaliste d'un progressisme d'avant garde que de grands penseurs des XIX ème et XX ième ont élaboré, sans qu'aucune "gauche" au pouvoir n'ai réussi àce jour à donner corps et réalité, fait en effet plus que jamais recette et permet aux projets lesplus conservateurs de trouver un écho favorable auprès des populations les plus touchées par "l'Horreur économique" qui accompagne notre époque et la fin probable de cette civilisation .

Si l'on se risque à une analyse des sociétés capitalistes dans lesquelles nous sommes encore totalement immergés, nous sommes frappés de constater que l'unique clivage qui séparait d'un coté les personnes qui n'ont aucune possibilité de modifier l' "espace social" que la société leur autorise pour consommer ( ancien prolétariat) et de l'autre coté, la vaste classe des petits possédants ( petits propriétaires) qui pensent organiser l'espace temps et possèdent "une marge de choix personnels", est tout bonnement un clivage faussé car réalité, tous se trouvent dans une relation dépendante aux modes vie imposés par des puissances supra nationales où triomphe la techno structure mondialisée conduite etimposée par quelques grandes firmes et une poignée de grands prédateurs .

Au fronton de notre République actuelle, nous pourrions trouver un slogan plus en adéquation avec la réalité sociale et économique actuelle : " liberté, égalité, propriété " .

En 1791, l'Assemblée Nationale, plaçait déjà "la liberté d'entreprendre" au cœur de son projet politique pour un nouvel "ordre social révolutionnaire" .

Elle ajoutait même dans cette logique d’individualisme possessif radical qui constitue l'essence même du libéralisme, que " toutes les actions entreprises par des populations, même majoritaires, pour limiter ouréglementer cette "liberté" économiqueau nom de ses intérêts communs, devraient être tenues pour inconstitutionnelles et attentatoires à la liberté et à la déclaration des droits de l'Homme " .

Par cette unique phrase tout était dit et inscrit dans le marbre de ce qui allait advenir de l'idée révolutionnaire, de sa véritable origine et de son "dessein" libéral pour les siècles à venirainsi que l'orientation globale de la civilisation occidentale !

Les constitutions américaines, les futurs traités de l'Europe "moderne ainsi que l'ensembledes orientations économiques mondiales allaient tous s'inspirer directement de cette petitephrase votée à l’unanimité le 14 juin 1791 .

Dans un texte écrit par Marx il nous dit ceci :

" Plus on remonte dans l'Histoire, plus l'individu , et par suite l'individu producteur lui aussi, apparaît dans un état de dépendance, membre d'un ensemble plus grand; cet état de manifeste d'abord de façon "naturelle" dans la famille, puis dans la famille élargie à la tribu,puis dans la communauté issue de la fusion des tribus.
Ce n'est qu'au XVIII ème siècle, dans la société bourgeoise, que les différentes formes d'interdépendance sociale se présentent à l'individu comme un moyen de réaliser ses buts particuliers .
L'époque qui engendre ce point de vue, celui de l'individu singulier, est précisément celleoù les rapports sociaux ont atteint le plus grand développement qu'ils aient connu.
L'Homme est non seulement un animal sociable mais un animal qui ne peut se constituer comme individu singulier que dans la société .
La production matérielle ou intellectuelle réalisée en dehors de cette société par cet individu singulier, est chose aussi absurde que le serai le développement du langage sansla présence d'individus vivant et parlant ensemble ".

Dans "la tyrannie des modes de vie" , M Hunyadi, replace au centre de la réflexion politique,le fait que les "progrès" que l'on doit au "droit libéral", sont profondément ambigus dans la mesure où ce type de droit humanise le monde en même temps qu'il contribue à nous le rendre étranger et techno structuré à outrance .

Voila un paradoxe en forme de tragédie aux retombées caractérisant notre époque .

La promotion libérale puis néo libérale extrême actuelle des droits individuels où chacun d'entre nous se trouve garanti théoriquement dans son statut comme jamais auparavant dans notre civilisation, est parallèlement, la meilleure garantie pour les systèmes instrumentaux, économiques, financiers, techno scientifiques mondialisés de pouvoir déployer à leur guise
des réseaux de pouvoir complexes face auxquels les individus , mais aussi les communautés et enfin les Etats , se trouvent politiquement démunis et auxquels à leurs souverainetés antérieures ont a substitué les lois du "marché" devenues maintenant les croyances ultimes des grand ensembles de populations qui y ont été assujetties !

De ce nouvel "Etat", il apparaît clairement que ce qui se manifeste ou ce qui est prétendu être la "victoire de l'individu" , est en réalité la victoire du système mondialisé qui a façonné l'individu à son image un peu la façon d'un "nouveau dieu" créant son "sujet".

A l'universalité proclamée des "droits de l'Homme" , correspond dans la réalité la globalisation effective de systèmes inhumains .

A partir de là, apparaît une nouvelle forme de schizophrénie politique qui caractérise de plus en plus les combats rituels de la gauche libérale s'auto déclarant " contre toutes les formes de discriminations" .

On se préoccupe plus que jamais dans le "discours" politique des 'droits" et des "libertés", de l'"égalité" mais jamais on ne met en cause les modes de vie que l'on nous impose, directement inspirés de leurs opposés, induits par la techno structure ultra libérale !

On parle d'éthique des affaires mais jamais de capitalisme financier à l'oeuvre et jamais on en dénonce clairement les ravages sociaux et environnementaux dans une perspective e changement radical de paradigme !
La raison en est simple : On s'est assuré de créer une dépendance totale des populations occidentales à la jouissance continuelle et infinie par la création permanente de nouveaux "besoins" imaginaires .

Dans le domaine de la santé par exemple, on se soucie du consentement du patient sur le plan formel, mais jamais de la déshumanisation de la médecine ni même de son accès dans des conditions décentes ...

La première raison de cette schizophrénie est précisément le fait que cette "éthique omniprésente qui voudrait définir la "pensée citoyenne" , constitue en réalité une "éthique restreinte" à la défense de quelques principes qui , un fois satisfaits , laissent le monde àson libre cours , conformément à l'ensemble des textes en vigueur au moins epuis 1791 ...

Cette "éthique" est loin d'être neutre !

La valeur qu'elle privilégie c'est le "cours du monde " lui même à condition qu'il demeureconforme aux principes de marchandisation globale de tout ce qui peut être une source de profits, à commencer par les ressources humaines alors valorisées comme de simples moyens de démultiplier ces profits ...

Il est alors aisé de comprendre comment derrière cette "éthique" instrumentalisée se cacheen fait une vaste opération qui sert à "blanchir éthiquement " des pratiques dont on se garde bien d'interroger le caractère général ...

On imagine la quantité de phénomènes sociaux que cette approche qui se prétend "citoyenne" et à l'avant garde de la lutte politique se trouve du coup, philosophiquement contrainte d'abandonner purement et simplement , l’individualisme croissant, le culte de la performance, l'économisme ambiant, la marchandisation de tous les biens , le juidicisation des rapports humains, le darwinisme des rapports sociaux, la perte de solidarité entre les générations, la technicisation de l'homme et de son environnement , la standardisation des offres culturelles, la normalisation des comportements , l'uniformisation des modes de vie, la religion du chiffre dans tous les domaines de l'action humaine , le domestication des individus par le "monde du travail" ,tous phénomènes généraux qui ont une emprise directe sur nos vies et qui , en conséquence, nous façonnent jour après jour, comme l'eau érode le lit d'une rivière ...

La philosophie et la lucidité de Marx ont laissé la place à B Hamon, Vallaud Belkacem,
ou Macron ...

Tyrannie des modes de vie .

La première chose qu'une "gauche" convertie au libéralisme culturel est conduite à renier est la critique du "mode de vie " capitaliste, elle va même jusqu' à en faire la promotion sans aucun complexe puis elle s'étonne que ses plus fervents partisans fuient à l'extrême droitepopuliste ?
il en va de même pour l'ensemble des courants qui prétendent être en capacité de réaliser une synthèse contre nature entre libéralisme et préoccupations environnementales ...

Jamais on ne les entend critiquer l'usage tyrannique des écrans , la folie de l'élevage intensif industriel ou le transhumanisme des nouveaux docteurs "Folamour" de la silicon valley ...

L'objet "mode de vie" désigne l'ensemble des pratiques concrètes qui façonnent effectivement les comportements de chacun en produisant des attentes nouvelles auxquelles, pour se socialiser, ls individus se conforment !

Le mode vie est la face sous laquelle le système se présete aux acteurs en leur imposant des attentes de comportements déterminés

Nous parlons ici d'attentes de comportements plutôt que de simples comportements car cette nouvelle "religion" de l'ultra consumérisme n'impose pas directement ces comportements , elle les induit .
C'est un système sans contraintes déterminées en apparence, car s'il les imposait, des résistances viendraient immanquablement à surgir. Or, ce ne sont pas les individus qui sont "déterminés" par un système de valeurs, mais les modes de vie adoptés ensuite par tous !

Ces modes de vie sont caractérisés par des attentes de comportements imposés aux individus .
Par exemple, on attend d'eux qu'ils travaillent, qu'ils consomment, qu'ils sachent s'orienter dans un univers technologique , qu'ils utilisent copieusement des moyens de télécommunications sous surveillance dans les milieux professionnels, on attend qu'ils soiet performants, productifs, disciplinés, mais aussi évalués en permanence ou mieux encore qu'ils s'auto évaluent !!!

Notre vie se déroule dans un conformisme auto alimenté en forme de CV et il est "attendu"que notre relation à autrui se déroule dans le cadre d'un politiquement correct castrateur
de toute pensée qui affirmerait ce que nous sommes véritablement ...

De ce point de vue, il nous faut distinguer le mode de vie et le style de vie .

Un style de vie est quelque chose que l'on adopte,que l'on choisit d'épouser, pour lequel nous mettons une option .
Ainsi, on peut choisir un style vie frugal ou ou consumériste, écologiste ou pollueur,libertin ou ascétique, un peu comme on choisit un style vestimentaire .
Le mode de vie lui, nous impose des attitudes et des attentes de comportement qui ne sont l'objet d'aucun choix mais qui définissent simplement les usages et les pratiques communes socialement requises .
les modes de vie de sont pas optionnels !
Ces modes de vie induits et inclus dans les desseins en clair obscurs que nous impose la techno structure mondialisée nous oblige individuellement à endosser un ensemble de rôles dont les personnages nous pèsent ou nous incommodent ou nous divisent , tandis que nous les acceptons afin de rester "dans la course" , seule façon autorisée d'exister officiellement dans une société fondée sur la "mobilité" généralisée et le mise en concurrence de tous avec tous ....

A lire aussi

Savez vous ce qu'est une exponentielle ? C'est une fonction non...
Le Loup et le Chien
03/11/2019 à 14:33
Avant de vous proposer un texte de "la Fontaine", un fois n'est...
Le texte qui va suivre s'inspire des différents ouvrages...
Servitude volontaire
13/10/2019 à 19:44
Servitude volontaire . Après les attentats du 13...
Contactez-nous

Les Jardins d'Insertion de l'Artois

603 rue Jules Ferry
62110 HENIN BEAUMONT
Tél : 06 73 72 75 71

Contactez-nous

Suivez-nous:
Plan d'accès